Comment utiliser un godemichet ?
Un guide pour devenir expert

Publié par : Emma Joly | Mise à jour:  28 janvier 2019

Le godemichet est sans conteste l’objet qui symbolise le mieux le plaisir au féminin. C’est aussi simple que d’utiliser ses doigts dans la masturbation féminine : on utilise un objet dont la forme phallique peut être inséré dans le vagin, puis manipulé pour offrir un maximum de plaisir à son utilisatrice. Ils sont généralement aussi simples que fonctionnels, et si cela fait bien dix ans maintenant que j’en utilise un, j’en suis arrivée à me demander comment j’aurais fait sans.

Les godemichets existent depuis plusieurs milliers d’années : on retrouve des godes en bois, ou recouverts de cuir, jusque dans la Grèce antique. Il est donc clair que les femmes ont toujours plus ou moins su à quel point ce type d’objet pouvait être utile lors de la masturbation. Aujourd’hui, il existe des godes utilisant différents types de matériaux, de différentes couleurs, tailles et duretés. Je crois que nous vivons un véritable âge d’or du gode !

La question qui se pose néanmoins, c’est comment utiliser le godemichet pour atteindre le paroxysme de l’orgasme féminin ? C’est votre jour de chance, parce que j’ai justement rédigé un guide pour vous expliquer tout cela. Commençons au début, et voyons où cela nous mène, voulez-vous ?

Avant de commencer (Les vérifications d’usage)

Avant d’entrer dans le vif du sujet, commencez par vous assurer que votre environnement est propice au confort et au plaisir. Il y a des gens qui qui sortent le grand jeu, avec musique et bougies, pour se mettre dans l’ambiance. La question est de savoir quel degré d’excitation vous souhaitez atteindre, et quels efforts vous êtes prête à consentir en ce sens.

Eliminez de votre environnement tout ce qui pourrait vous inciter à vous retenir et qui pourrait vous empêcher de vous immerger totalement dans le moment. Si vous vous inquiétez de salir, par exemple, placez une serviette entre vous et votre matelas, cela sera plus confortable et vous permettra de vous autoriser à vous laisser aller sans que vous ayez à vous inquiéter de devoir nettoyer ensuite. En d’autres termes, mettez-vous dans l’ambiance.

Ensuite, il vous faut choisir le godemichet ad-hoc pour le job. Un godemichet, c’est un peu comme un vibromasseur baguette, chaque modèle est spécial et il n’y en a pas deux vraiment identiques. En ce qui concerne le choix de votre phallus artificiel, il vous faudra vous focaliser sur vos besoins et vos envies. 

Si vous cherchez quelque chose de vraiment dur, il vous faut du verre. Si vous préférez de la douceur et du moelleux, choisissez un gode en silicone, parmi ceux qui sont décrits comme confortables. Vous pourrez être tentée alors de vous orienter vers les godes de type « gelée », mais la matière de ce genre de jouet est généralement très poreuse et peut contenir des produits chimiques agressifs. Il vaut mieux s’en tenir aux produits dont la matière est de type « médical », sans danger pour le corps. Si vous possédez déjà l’un de ces produits à la matière indéfinie, je vous conseille de l’utiliser avec un préservatif afin d’éliminer tout risque de contaminer votre corps avec des produits chimiques.

Ensuite, parlons taille. Les godemichets les plus vendus ont généralement une taille qui s’approche de la moyenne d’un pénis masculin, soit autour de 15,5 centimètres de longueur pour environ 2,7 à 3,3 centimètres de diamètre. C’est un bon point de départ, qui permet d’écarter le risque de se retrouver avec un objet qui vous paraît trop petit ou trop gros.

Je vous conseille de faire simple au début, jusqu’à ce que vous ayez une meilleure idée de ce que vous voulez. Il est probable que lorsque vous allez vouloir changer, vous vous tourniez vers un godemichet « rabbit », qui possède une partie additionnelle permettant la stimulation clitoridienne en plus de la stimulation vaginale.

Dans tous les cas, écoutez votre instinct et offrez-vous ce que vous pensez être le mieux pour vous.

Avant d’utiliser votre godemichet, je vous conseille de commencer par vous caresser avec vos doigts, afin de détendre votre vagin et de le préparer pour l’insertion du gode. La stimulation manuelle va préparer le vagin à accueillir le gode, et déclencher la lubrification en vous faisant mouiller.

Il est ensuite conseillé d’utiliser un lubrifiant à base d’eau pour bien lubrifier le godemichet. Les produits en verre, par exemple, sont bien plus efficaces si on les lubrifie avant de les utiliser. Dans tous les cas, vous devez toujours avoir recours à la lubrification avant d’insérer quoi que ce soit dans votre vagin.

Vous pouvez retrouver ici notre guide pour choisir le bon lubrifiant pour votre godemichet.

Une fois tout cela fait, vous voilà parée, passons aux choses sérieuses.

Comment procéder

Nous voilà maintenant dans la partie de la plus plaisante, celle où la magie va opérer. Vous allez mieux comprendre mon analogie avec les vibromasseurs baguettes au fur et à mesure, si vous jouez bien vos cartes.

Commencez par insérer délicatement le godemichet dans votre corps. Prenez le temps de bien ressentir comment il stimule les parois de votre vagin, et quel type de mouvements vous donne le plus de plaisir. Ensuite, faites preuve d’imagination et jouez avec l’amplitude, la vitesse et l’intensité de vos mouvements de va-et-vient de votre gode. Soyez à l’écoute de votre corps et de la manière dont il répond à vos actions ; essayez de pousser plus loin les sensations de plaisir que vous vous procurez. Construisez lentement votre plaisir et votre excitation, jusqu’à atteindre l’orgasme.

Il s’agit ici de votre corps, et c’est vous qui avez le contrôle : il n’y aucune raison de ne pas vous offrir exactement ce dont vous avez envie.

Vous allez vous rendre compte que ce qui vous fait décoller est généralement certaines sensations, ou certains gestes et mouvements. Mais ce que votre corps veut peut varier d’un jour à l’autre, c’est pour cela que je vous conseille de toujours commencer par une série de pénétrations profondes, pour déterminer quelles zones de votre vagin sont les plus réceptives en fonction des moments. A partir de là, vous pourrez vous adapter et réaliser plutôt des pénétrations légères et courtes, ou tout autre type de mouvements qui vous convienne.

Ce qui fait la vraie différence entre un gode et un vrai pénis, c’est qu’il n’y a pas d’homme à l’autre bout susceptible de limiter les mouvements que vous pouvez faire faire au phallus. Vous pouvez donc essayer des angles improbables, ou même le faire tourner à 360° à l’intérieur de votre vagin et à la vitesse que vous voulez, ce qui serait évidemment impossible avec un partenaire en chair et en os (à moins qu’il n’ait fait l’école du cirque).

Vous pouvez aussi faire preuve d’imagination quant à la position que vous allez adopter pour votre session. La position du missionnaire n’est qu’un début, essayez de vous contorsionner ou de bouger votre corps de façon à créer de la pression de différentes manières et de trouver de nouvelles sensations. Personnellement, j’apprécie tout particulièrement être à genoux, les fesses en l’air et le gode fermement planté dans, hum, enfin, vous voyez. Tout ce que je dis, c’est que je vous conseille d’être imaginative. Généralement, j’aime aussi avoir recours en même temps à la stimulation clitoridienne à l’aide de ma main libre, cela me permet d’avoir un orgasme plus rapide et plus explosif : ne négligez pas votre clito !

Continuez jusqu’à faire sortir le lapin du chapeau et jusqu’à ce que vous soyez pleinement satisfaite de la quantité de plaisir que vous vous êtes offert. Si ce moment passé en compagnie de votre godemichet ne vous a pas pleinement satisfaite, essayez d’autres positions, ou d’autres façon de bouger le gode. Il peut aussi arriver que l’orgasme ne veuille pas venir, et c’est aussi tout à fait normal et acceptable.

Et après ?

Vous en avez fini avec votre jouet, votre session est terminée ? Félicitations, vous venez de vous offrir un formidable moment. Cependant, je vous conseille de ne pas simplement ranger votre gode dans un tiroir en attendant sa prochaine utilisation.

Il vous faut à minima le passer à l’eau chaude savonneuse pour le nettoyer au moins de manière basique. Personnellement, je vous conseille plutôt de faire tout ce que vous pouvez pour le nettoyer à fond et même le désinfecter, de façon à éliminer tout risque que s’y développe des bactéries nocives ou qu’il ne se mette à dégager cette odeur caractéristique des godemichets. Si votre gode fait bien son boulot, il aura forcément reçu des dépôts de cellules et autres fluides corporels, ce qui peut à terme provoquer des odeurs désagréables si vous ne le nettoyez pas soigneusement. Selon le sextoy que vous avez, cela peut se faire très facilement, ou bien nécessiter un peu plus de travail. Vous pouvez facilement passer du verre dans de l’eau bouillante et l’essuyer ensuite, tandis que les jouets en silicone, surtout s’ils ont des boutons, ont besoin que l’on s’attarde un peu plus sur le nettoyage et notamment dans les endroits où des dépôts peuvent rester agglomérés. Une fois votre gode bien nettoyé et rangé, vous pouvez considérer cette journée comme une bonne journée – tout du moins en ce qui concerne la masturbation !

Un dernier conseil

Les godemichets sont de chouettes objets, mais comme pour tout objet que l’on utilise pour son bien personnel, il est important de mettre l’accent sur l’aspect, justement, personnel. Prenez le temps d’explorer les sensations que vous aimez et que vous voudriez amplifier, et les sensations vous n’aimez pas. Au fil du temps, vous allez acheter des godes qui vous procureront du plaisir de manière certaine, plutôt que d’utiliser ceux que vous aviez au départ. N’imaginez jamais que vous avez atteint le paroxysme du plaisir qu’un gode peut vous procurer : parfois, il s’agit simplement pour aller plus loin de trouver celui qui vous convient vraiment ; et pour cela il faut en essayer plusieurs et aussi se tromper dans ses achats.

J’espère que ce guide vous aura été utile, et que vos prochaines sessions vous laisseront pantelante, les jambes en coton et la bouche grande ouverte de ravissement !

Leave a Reply 0 commentaire

Leave a Reply: